LA CÔTE BASQUE, VILLAGE À VILLAGE

FONTARABIE

FONTARABIE

Cette petite localité de pêcheurs tournée vers la Mer Cantabrique, séparée de sa voisine Hendaye par la baie de Txingudi, c’est Fontarabie, l’un des plus beaux endroits au monde. D’après The New York Times, c’est un endroit où on peut passer l’après-midi en se disant « c’est ce que j’ai essayé de mieux dans ma vie ». Vous pouvez aussi soupirer sur sa beauté du matin au soir. Il convient de la parcourir calmement, en contemplant chaque détail. Chaque recoin est soigneusement entretenu, avec des balcons fleuris donnant sur la mer. C’est en plus la seule ville fortifiée du Moyen Âge que l’on conserve au Pays Basque espagnol. La ville semble très coquette mais c’est aussi un important port de pêche et une halle aux poissons, avec des restaurants et des bars célèbres pour la qualité de leurs produits frais. Tout comme sa plage de sable blanc.

PASAJES DE SAN JUAN

Vue du Port de Pasajes depuis Pasajes San Juan

Pasajes est une commune de Gipuzkoa formée de quatre districts : Pasajes de San Juan (Pasai Donibane), Pasajes de San Pedro (Pasai San Pedro), Pasajes Ancho (Pasai Antxo) et Trintxerpe. Pour aller de San Pedro à San Juan, qui se font face de part et d’autre du boucau du port, on a deux possibilités : soit traverser l’entrée étroite en canot, soit longer la ria par la route, ce qui représente environ sept kilomètres. La mairie se trouve à Pasajes de San Juan et tous les districts partagent l’architecture caractéristique des belles maisons à balcons. L’écrivain Victor Hugo choisit ce village de pêcheurs pour y vivre durant son exil en 1843 ; la maison qu’il habita alors est aujourd’hui l’Office de Tourisme et peut être visitée. C’est aussi la localité natale du grand couturier Paco Rabanne. De nos jours, des voyageurs du monde entier suivent les traces de ces deux personnages illustres.

ZARAUTZ

Zarautz

Avec ses 2 500 mètres, la plage de Zarautz est la plus étendue de la province de Gipuzkoa et encadre une ville de pêcheurs coquette et joyeuse. Zarautz est le berceau de grands surfeurs, qui se placent à l’extrémité la plus orientale de la plage ; cette zone, avec des dunes à la confluence des marées, est la plus sauvage et idéale pour chercher les vagues. Le reste est une plage avec une ambiance plutôt familiale, une belle promenade maritime et une aire de jeux et de balançoires pour les plus petits. L’artiste Joaquín Sorolla l’a immortalisée dans son œuvre "Bajo el toldo" (sous l’auvent), où l’on voit sa femme et sa fille. D’ailleurs, les familles, l’été, peuvent jouer à un jeu très amusant dans cette ville : chercher les Galtxagorris, des lutins minuscules qui se cachent dans ses rues et qui se distinguent par leurs pantalons rouges. À l’Office de Tourisme de Zarautz, toutes les personnes intéressées peuvent retirer l’enveloppe que la propre Mari, la grande déesse de la mythologie basque, a laissée avec des indices pour les trouver. C’est un jeu très amusant qui permet de parler avec les habitants de Zarautz, qui vous aideront à trouver les petits lutins magiques.

GETARIA

Getaria

Mon ami Joseba, fier d’être né à Saint-Sébastien, dit qu’à Getaria le poisson grillé est « d’une qualité exceptionnelle », et qu’il est encore plus délicieux accompagné du txakoli de Getaria. Et, sur le thème de la cuisine, il convient de toujours faire confiance aux Basques. En plus de ses extraordinaires fruits de mer, ce village marin est célèbre pour être le lieu de naissance du couturier le plus influent de tous les temps, Cristóbal Balenciaga, un artiste qui avec ses coupes et ses patrons, a jeté beaucoup des fondements de la haute couture. Des amoureux de la mode du monde entier viennent ici pour connaître le Musée Cristóbal Balenciaga, qui abrite une collection de 1 600 designs du couturier, la meilleure en qualité et en importance consacrée à son travail exceptionnel. Getaria est aussi la ville natale du premier marin qui a fait le tour du monde, Juan Sebastián Elcano. On peut sentir l’histoire dans les rues de cette ville, assise sur un rocher, presque entourée de la mer et toujours sous la protection du mont San Antón, surnommé la « souris de Getaria », à cause de sa forme.

ZUMAIA

Chapelle San Telmo. Zumaia

La belle ville de Zumaia se trouve dans une baie à la confluence des rivières Urola et Narrondo. Protégé par des monts verts qui se transforment en formidables falaises en arrivant à la mer, ce village possède beaucoup de charmes, et entre autres, les plages d’Itzurun et de Santiago, et une vieille ville dont le tracé médiéval a été préservé. Les palais de Zumaia et d’Ubillos et les maisons Olazábal et Goikotorre sont quelques-uns des édifices les plus intéressants, mais le trésor architectural le plus intéressant est sans aucun doute l’église gothique de San Pedro, du XIIIe siècle. Sobre et presque dépourvue de tout élément décoratif, elle ressemble à une forteresse. Formée d’une seule nef, l’église abrite un superbe retable de Juan de Antxieta, classé monument national pour son importance artistique. À marée basse, il est aussi possible de découvrir sur les plages de Zumaia un phénomène géologique très intéressant : le Flysch, un vrai livre de géologie sédimentaire en forme de millefeuilles, créé par l’érosion de la mer sur les roches calcaires. Des excursions sont organisées pour le voir de près, elles en valent la peine. Au-dessus de la plage d’Itzurun, la chapelle San Telmo se découpe sur l’horizon. Elle est devenue très célèbre après son apparition dans le film « Ocho apellidos vascos ».

ELANTXOBE

ELANTXOBE

Protégé par le majestueux cap Ogoño et diverses falaises, Elantxobe est un village marin du territoire de la Biscaye, situé dans la Réserve de la Biosphère d’Urdaibai. Il se caractérise par ses édifices échelonnés, tous tournés vers la mer et son port. Depuis n’importe quel point de la ville, les vues sont impressionnantes, de même que ses quais, renforcés pour combattre les assauts de la mer. On vous conseille vivement de vous arrêter dans l’église San Nicolás de Bari, construite en 1803 par la confrérie de marchands et arrantzales, afin d’admirer à l’intérieur un superbe retable baroque en bois doré. En plus de sillonner ses côtes interminables et de vous régaler avec son poisson frais, comme anecdote, il y a une curiosité à voir : la plateforme tournante installée sur la place du village pour que les bus puissent tourner, car ils n’ont pas assez de place pour le faire.

LEKEITIO

LEKEITIO

Situé sous la protection des monts Otoio et Lumentza, le village de pêcheurs de Lekeitio, assis à l’embouchure de la rivière Léa, dégringole vers la Mer Cantabrique. En face se dresse l’île de San Nicolás, Garraitz en langue basque, à laquelle on peut se rendre à pied lorsque la marée est basse, dans une promenade qui semble magique. Deux plages jalonnent sa côte, Isuntza et Karraspio (Mendexa). Le mont Lumentza offre une vue impressionnante sur la baie. L’ascension prend à peine vingt minutes et elle en vaut la peine, car d’en haut, on apprécie vraiment toute la beauté du village et ses alentours, encadré de verts, de bleus et d’ocres. Il est aussi intéressant de se rendre au phare de Santa Catalina, qui fonctionne toujours et qui est un centre d’interprétation de la technologie de la navigation, depuis lequel on obtient aussi une belle perspective sur le village. Dans la vieille ville, où l’on admire de nombreux palais et hôtels particuliers, on relève la basilique de l’Asunción de Santa María et son retable gothique magnifique recouvert d’or, le troisième en grandeur de la Péninsule. Si vous allez à Lekeitio lors de ses festivités, celles de San Pedro, du 1er au 8 septembre, vous pourrez admirer aussi la danse traditionnelle de la Kaxarranka, où le dantzari danse sur un grand coffre soutenu par huit marins. Impressionnant.

MUNDAKA

MUNDAKA

Célèbre dans le monde entier, la vague gauche de la plage de Mundaka semble avoir dérobé un peu de son importance à la ville du même nom, cette localité tranquille de la côte de Biscaye qui se dresse sur la rive gauche de la ria qui porte son nom. Le village de Mundaka a toujours été lié à la mer et aussi au surf. Mais il y a bien plus. Par exemple, des plages comme celle de Laidatxu, parfaite pour des familles avec enfants. Ou des espaces tranquilles pour la baignade, comme Txorrokopunta, le port ou la petite crique d’Ondartzape. Le village offre aussi des vestiges intéressants de son passé. Par exemple, la croix de pénitent de style fin Renaissance, datée de 1611. Bien que quelque peu effacée, on peut encore lire l’inscription : « Rodrigo Abad de Mendecano a fait faire cette croix, vous lecteur, priez le souverain ». Si on se promène à l’extérieur de la ville, on peut trouver la chapelle Santa Catalina, très intéressante pour son style de transition entre gothique et le style Renaissance. Et tout près, le mirador de Portuondo. Ceux qui aiment marcher peuvent s’inscrire à la randonnée des Lamias, à travers la vallée du même nom, une excursion d’environ deux heures à travers des parages de rêve. Les lamias, d’après la tradition populaire, étaient des êtres ayant une apparence de femme avec des pieds d’oiseaux, timides et avec un bon cœur, qui habitaient les rives du fleuve et brossaient leurs longs cheveux avec des peignes en or. Cette randonnée permet d’admirer quelques-uns des plus beaux paysages de la Réserve de la Biosphère d’Urdaibai.

SAN JUAN DE GAZTELUGATXE

SAN JUAN DE GAZTELUGATXE

Sur un isthme situé dans la ville de Bermeo (Biscaye), à huit kilomètres du centre-ville, se trouve l’un des endroits les plus visités du Pays Basque espagnol : la chapelle de San Juan de Gaztelugatxe, du Xe siècle, à laquelle on accède par un chemin avec 231 marches. Sa silhouette, qui se découpe sur l’horizon, offre un spectacle d’une beauté à couper le souffle. D’après la légende, lorsque saint Jean arriva à Bermeo, il dut faire trois grands pas pour l’atteindre. Ses empreintes se sont perdues sur le chemin, mais la dernière est restée incrustée sur la dernière marche. Cette chapelle est très ancrée dans la dévotion populaire, surtout parmi les arrantzales ou pêcheurs. Elle abrite des maquettes de bateaux suspendus en guise d’offrandes. À côté de la chapelle, un refuge avec une cheminée permet de se réchauffer lorsqu’il fait froid. Les vues sur la côte depuis cet îlot sont impressionnantes. Les amateurs d’ornithologie y trouveront aussi leur compte, car bon nombre d’oiseaux font leurs nids sur ses parois rocheuses. C’est aussi un endroit très fréquenté par les plongeurs, à cause de la grande richesse de la vie marine de ses eaux. Entre le cap de Matxitxako et le village de Bakio, une succession de grottes et d’arches érodées par la mer créent des îlots de calcaires et des récifs durs tout au long de cette partie du littorale. Ce modèle d’érosion dessine un paysage d’une beauté inouïe qui a valu à la zone de Gaztelugatxe, en plus de son intérêt naturel et historique, la classification de Biotope Protégé.

GETXO

GETXO

On dit de la ville de Getxo qu’elle a tout. Et on dit bien. Ses falaises majestueuses alternent avec des plages de sable clair, aussi bien urbaines que sauvages. L’offre sportive est très variée et comprend des activités nautiques et de golf. Dans son aquarium, situé dans le port de plaisance, grands et petits peuvent découvrir les secrets de la mer. Ses belles rues allient le charme d’une ville marinière à des palais et hôtels particuliers qui évoquent des époques révolues de grande splendeur économique. On peut se promener dans le port vieux d’Algorta, entre des ruelles qui conservent encore le parfum des ports de jadis, et déguster des pintxos dans un bon restaurant. Le pont de Biscaye, connu aussi sous le nom de pont Suspendu, franchit l’estuaire du Nervión pour unir la commune de Getxo avec Portugalete. Sur la plage de Gorrondatxe, aussi dénommée d’Aizkorri, la plus difficile d’accès, on peut clairement observer les strates des rochers qui reflètent l’étage géologique du Lutétien. L’endroit a ainsi été distingué avec un « clou d’or », qui témoigne de sa singularité et de sa richesse particulière dans l’univers de la stratigraphie, la branche de la géologie qui étudie les sédiments et les strates. Entourées de falaises et partiellement couvertes d’herbes, ses dunes - menacées d’extinction dans le Cantabrique - en font un endroit exceptionnel. On y trouve aussi la plage de sable blanc et fin d’Ereaga, une plage urbaine bien desservie et équipée pour la période estivale. Nous vous conseillons de vous promener à Punta Galea, une structure géologique s’étendant de Getxo à Sopelana qui offre l’une des meilleures vues sur le golfe de Biscaye.

BERMEO

BERMEO

Avec plus de 17 000 habitants, la ville de Bermeo est la commune la plus peuplée de la Réserve de la Biosphère d’Urdaibai. De tradition marinière, ses conserves de poisson sont devenues célèbres dans le monde entier pour leur grande qualité. D’autres éléments qui contribuent aussi à sa popularité sont son port de pêche, l’un des plus importants du territoire historique, et, à seulement huit kilomètres, la chapelle de San Juan de Gaztelugatxe, l’un des endroits les plus visités du Pays Basque espagnol. Mais en plus, ce village de Biscaye possède un charme qui lui est propre. En plus de son Musée du Pêcheur, qui se trouve dans la tour Ercilla, du XVe siècle, de son casino, qui ressemble à un palace français, et de la belle église gothique de Santa Eufemia, on ne peut manquer de visiter le monument de Néstor Basterretxea, en hommage à Benito Barrueta. Dans le nombril de cette sculpture, une ouverture permet, si on s’approche, d’avoir une vue impressionnante sur l’île d’Izaro, qui y rentre comme dans un cadre, juste en face. L’île d’Aketx et le cap Matxitxako font aussi partie du patrimoine naturel de Bermeo. Il faut souligner aussi que c’est l’un des endroits les plus recommandés pour pratiquer le txikiteo, c’est-à-dire pour faire la tournée des bars et goûter aux différents pintxos, tous plus bons les uns que les autres, cette grande tradition basque qui plaît tant aux natifs et aux étrangers.