Géoparc de la Côte Basque

Flysch

Le Géoparc de la côte basque s’étend sur presque 90 kilomètres carrés et appartient aux villes de Deba, Zumaia et Mutriku (Gipuzkoa) ; il est intégré dans le Réseau européen et le Réseau global de géoparcs de l’UNESCO. Bien que tout dans le parc déborde de beauté, les Flysch, un terme allemand qui veut dire « terrain qui glisse », en sont le véritable fleuron. Les flysch ressemblent à de vraies sentinelles géantes veillant sur la Mer Cantabrique ; ce sont des faciès ou des formations rocheuses d’origine sédimentaire qui permettent de préciser les phases de leur formation avec assez d’exactitude. Selon la loi de Walter, lorsque des changements se produisent dans une ambiance sédimentaire, les faciès se déposent en se superposant les uns sur les autres, dans un ordre rigoureusement respecté, se transformant ainsi en livres d’histoire ouverts. Les Flysch se dressent sur le bord de la mer en formant des falaises particulières et des plages de rochers sédimentés sculptés par l’eau tout au long des siècles.

Flysch

Dans cette zone, on peut aussi découvrir la vieille ville de Mutriku, parmi les mieux préservées de Gipuzkoa, avec ses nombreux palais et maisons nobles, son vieux port et sa confrérie de pêcheurs, devenue aujourd’hui le Musée Bentalekua, où il est possible de participer à une criée aux poissons. Et puis bien sûr, le manger cuisiné au grill, accompagné d’un bon txaxoli. Ou visiter, au même endroit, le Centre de Nautilus pour admirer sa collection énorme d’ammonites, fossiles d’un mollusque céphalopode très abondant à l’ère secondaire.

Chapelle San Telmo. Zumaia

Ne manquez pas de visiter l’église San Pedro à Zumaia ; la vue est magnifique. À découvrir aussi le Musée Zuloaga, une ancienne chapelle et auberge de pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle, que le peintre a transformée en un beau musée pour abriter sa collection personnelle et une partie de ses œuvres. À Zumaia, on trouve aussi la chapelle San Telmo, quasiment suspendue à une falaise et avec des vues à couper le souffle sur la Mer Cantabrique, devenue très célèbre après son apparition dans le film si populaire « Ocho apellidos vascos ».

Flysch

Il est aussi possible de découvrir la vallée de Lastur, à Deba, l’une des plus belles et des plus secrètes, pour y visiter le vieux moulin de Plazaola, une fromagerie ou un atelier textile. En s’enfonçant plus loin dans la "Route du Karst", d’anciens rochers marins composant un paysage de rêve, la mythologie refait son apparition et, une fois encore, le paysage basque redevient fantaisie, en se tournant vers les origines de cette terre ancestrale et encore pleine de secrets à découvrir.

Flysch

Un conseil ? Réserver au moins trois jours pour faire la "Route du Flysch" et visiter sans hâte le géoparc de la côte basque, classé par l’UNESCO pour sa singularité et sa bonne conservation, s’arrêter pour déjeuner dans ses villages et prendre le pouls de cette terre. Plus on la connaît et mieux on comprend les merveilles de cette planète.