EXPÉRIENCES À BILBAO

PROMENADE SUR LA RIA

La ria du Nervión contemple songeuse le devenir de Bilbao et la ville, enfin !, lui retourne son regard pour toujours. Je pense à cela, tandis que je me rends au point de location de pirogues pour la parcourir.

Ria de Bilbao

Le voyage commence à côté du Musée Maritime, où on nous explique les normes de sécurité et comment manier la pale pour faire bouger la pirogue, ce qui s’avère assez simple comme je le constate une fois dans l’eau. Je le fais en groupe et avec un guide qui nous raconte, lors des nombreux arrêts, l’histoire de Bilbao. Il nous indique aussi les édifices les plus importants, tout en nous racontant des anecdotes sur la construction de chacun d’eux, comment ils ont transformé la ville en une beauté moderne sans perdre un brin de sa personnalité. Nous admirons tous, depuis nos pirogues, le Musée Guggenheim Bilbao. Nous lançons des acclamations en passant devant San Mamés, le stade de l’Athletic Club, l’équipe de football de la ville.

Musée Guggenheim Bilbao

Nous passons sous des ponts ravissants en découvrant leurs ventres en métal. Sous le Pont de Deusto, nous regardons de près les deux tunnels pleins de poulies qui servaient à l’ouvrir aux grands navires de marchandises. Nous voyons aussi de vrais villages de pêcheurs en plein milieu de la ville. Je pense à quel point cette ville industrielle a changé, reconvertie en un joyau pour le tourisme.

Pont de Calatrava

Il est impossible de décrire les sensations éprouvées en descendant les eaux sombres de la ria, qui brillent désormais propres, grâce à un plan de régénération environnementale, nous permettant même d’y barboter à la fin de notre parcours, en jouant comme des enfants. Cette traversée peut être réalisée aussi la nuit, une autre façon intéressante d’admirer la capitale de la Biscaye.

LA VIEILLE VILLE

La vieille ville de Bilbao, aussi dénommée les Sept Rues, est l’endroit où tout a commencé.

Vieille ville de Bilbao

C’est ici que la ville est née et qu’elle conserve encore sur ses murs tout le charme de l’Histoire, en lettres majuscules. Bon nombre d’édifices historiques se trouvent ici : la cathédrale de Santiago, l’église San Antón, le Musée Archéologique, Ethnologique et Historique basque, la Bibliothèque Municipale de Bidebarrieta ou la Plaza Nueva, où se tiennent le marché dominical et la foire de Santo Tomás.

L'eglise San Antón

Mais la vieille ville se convertit en un régal absolu dans ses établissements de pintxos, concentrés sur la Plaza Nueva et dans les rues del Perro ou Somera, bien qu’il y en ait d’autres très intéressants éparpillés à travers toute la vieille ville. Je m’apprête à devenir txikitera pour une journée et à parcourir des bars et des tavernes, à la recherche des pintxos les plus délicieux, accompagnés d’un verre de vin, de cidre, de txakoli, de kalimotxo ou d’un zurito (petite bière).

Rue Jardines

On me recommande vivement d’essayer les pintxos de lamelles d’encornets, de moules «tigres», de champignons, de morue, de piments et d’omelette. Les saveurs sont extraordinaires. Il me semble incroyable qu’un si petit morceau puisse contenir une si grande cuisine. Pour finir, je me paie une « eau de Bilbao », c’est-à-dire un verre de cava (champagne espagnol), comme les autochtones l’appellent car, d’après eux, « ici, on boit le champagne comme de l’eau ». Et je continue la fiesta.

<em>Pintxos</em>

PONT SUSPENDU

Le pont Suspendu est le pont aux mille noms : pont de Biscaye, de Getxo, de Portugalete, de Bilbao ou même de Palacio, en hommage à l’architecte qui l’a conçu, Alberto de Palacio y Elissague. Bizkaiko Zubia, en basque.

Pont de Biscaye

Cette masse imposante, si dense et légère à la fois, est aussi l’un des emblèmes de la ville de Bilbao. La peinture noire originale, qui absorbait trop de rayonnement thermique, a été remplacée par la couleur rougeâtre de la veine de Somorrostro, que l’on peut contempler désormais. Une passerelle dans la partie supérieure permet de se promener sur le pont. On y accède par deux ascenseurs. Les vues sont impressionnantes. Il n’est pas surprenant qu’il ait été déclaré en 2006 Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO, qui a souligné son usage innovateur des câbles en acier tressé et l’a considéré comme une des œuvres les plus remarquables de l’architecture de fer de la Révolution Industrielle.

Passerelle du Pont de Biscaye

Des ferries relient en une minute et demie, toutes les huit minutes, les deux bords de la ria. Le pont est vivant. Et d’ailleurs, pour l’admiration des visiteurs, il est fréquemment utilisé par les citoyens de Bilbao pour se déplacer. Tandis qu’un guide nous dévoile les secrets de sa construction depuis les passerelles les plus hautes, le soleil se couche sur le Nervión. Une image inoubliable.

Pont Suspendu

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE

À Bilbao, il est possible de suivre les traces de l’histoire récente de la ville à travers ses édifices, ceux qui ont transformé la ville industrielle sombre en une ville lumineuse, comme une luciole qui attire des visiteurs du monde entier. Certains des architectes les plus célèbres au monde y ont laissé leur empreinte.

Palais Euskalduna

Le Musée Guggenheim Bilbao de Frank O. Gehry a donné le coup d’envoi à la transformation, avec ses volumes et ses écailles de poisson, devenant un emblème de la ville à laquelle son destin restera à jamais uni. Mais ce n’est pas le seul. L’aéroport international de Bilbao La Paloma, conçu par Santiago Calatrava, est déjà un bain d’architecture moderne pour les visiteurs qui atterrissent à Bilbao. De même, ceux qui prennent le métro pour se déplacer dans la ville pourront profiter de la création de Sir Norman Foster et son équipe ; le projet a remporté en 1998 le prix Brunel d’Architecture ferroviaire, globalement pour le métro et en particulier, pour la station de Sarriko. D’autres œuvres remarquables sont le palais Euskalduna - choisi comme meilleur Centre de Congrès au Monde en 2003 - de Federico Soriano et Dolores Palacio, le Pont Zubi Zuri, également de Calatrava, connu sous le nom de « pont blanc », qui relie le Paseo de Campo Volantín et le Paseo de Uribitarte, et qui surprend pour son apparente légèreté (d’ailleurs, c’est un endroit fantastique pour prendre des photos avec une touche artistique !) ou la tour Iberdrola, de César Pelli, le phare de Bilbao.

Métro

La Nouvelle Bibliothèque de l’Université de Deusto, de Rafael Moneo, est aussi impressionnante de beauté, de même que les sept édifices composant l’Isozaki Atea, de l’architecte japonais Arata Isozaki. Une autre visite indispensable pour ceux qui aiment l’architecture et le design est La Alhóndiga, un ancien entrepôt à vins de style moderniste, œuvre de l’architecte Ricardo Bastida, dont le projet de réforme a été signé par Philippe Starck, qui en a fait un centre culturel spectaculaire de 15 000 mètres carrés, consacré aux loisirs. Et, pour bien montrer qu’elle est plus vivante que jamais, Bilbao envisage une zone d’expansion urbaine conçue par l’architecte Zaha Hadid, qui dans un délai d’environ 20 ans convertira la péninsule de Zorrozaurre en île, unie aux deux bords de la ria par de nombreux ponts. Des édifices résidentiels d’aspect ultra moderne viendront confirmer ce qui est d’ores et déjà une réalité : Bilbao mise sur l’avenir. Platon parlait déjà des bienfaits pour l’être humain de vivre entouré de beauté ; les habitants de Bilbao ont donc bien de la chance.

Galerie